Suspension, retrait, annulation de permis : les nuances et les différences

Même ceux qui ont déjà eu leur permis, il y a plusieurs années, n’arrivent pas à faire la différence entre la suspension, le retrait et l’annulation de permis. Pourtant, tout le monde peut rencontrer ces situations et ce sont des cas bien spécifiques. C’est ce qu’on va voir dans cet article.

Le retrait de permis

Quel que soit le permis que vous avez, on peut vous le retirer. Ce sont les forces de l’ordre qui peuvent décider de retenir votre permis de conduire et le confisquer suite à une violation au code de la route. Cette situation se produit si vous avez conduit sous la prise d’alcool et que le taux d’alcoolémie est supérieur ou égal à 0,8 g/L de sang. Le retrait de permis est une mesure provisoire à une conséquence subite. Dans ce cas, le conducteur laisse son véhicule sur place et ne peut plus le conduire pendant 72 heures. Après ceci, le retrait est annulé, mais on peut vous retirer des points sur votre permis. Pour ces conducteurs qui ont subi une condamnation pour alcoolémie, les compagnies d’assurance auto proposent un contrat d’assurance auto retrait de permis alcoolémie.

La suspension du permis

La suspension du permis est une précaution qui interdit le titulaire de conduire durant un délai déterminé. Elle peut être appliquée à cause d’une infraction ou pour des motifs médicaux. On distingue deux types de suspension de permis : suspension administrative et suspension judiciaire. La première est décidée par le préfet. Dans ce cas, vous ne pouvez pas être au volant d’un véhicule pendant une durée de six à 12 mois. Lorsque la suspension est déterminée par un juge, on parle de suspension judiciaire. Pour cette situation, l’interdiction peut aller de trois à cinq ans.

L’annulation du permis

Si vous commettez une infraction grave telle qu’un délit de fuite ou une conduite après la prise de drogue, un juge pourra décider d’annuler votre permis de conduire. En cas d’annulation de permis, vous perdez entièrement les points sur votre document ou le préfet le retient définitivement. Le récupérer vous prendra du temps. Vous serez également obligé d’attendre un certain délai pour pouvoir vous présenter à l’examen de conduite. Ceci peut aller de six mois à trois ans, selon la décision du juge. Il est aussi impératif de suivre des formations théoriques et pratiques à la conduite. Pour avoir à nouveau l’autorisation de conduire, il faut que vous passiez un test psychotechnique.

Cannabis au volant : quelles sont les sanctions applicables
Permis : quand passer le stage de récupération de points ?